Accueil

Un dispositif national, une mise en œuvre locale.

L’Agent de Développement Local à l’Intégration (ADLI) est un dispositif mis en place par la Direction de l’Accueil, de l’Accompagnement des Etrangers et de la Nationalité (DAAEN).

Les objectifs du dispositif au niveau national sont les suivants:

– Identifier les dysfonctionnements et les situations de blocage concernant l’accès aux droits, le respect d’application du droit, les relations entre les services publics, les populations locales et les populations immigrées.

– Proposer collectivement, en prenant appui sur les politiques d’intégration et de droit commun, avec les opérateurs locaux, des solutions pour y remédier.

– Développer des relations de communication efficaces avec les acteurs institutionnels, professionnels, associatifs de l’intégration et dynamiser le tissu social.

– Développer les situations de médiation en travaillant en étroite collaboration avec les populations concernées et les partenaires : élus, travailleurs sociaux, enseignants, bailleurs…

– Favoriser l’autonomie des personnes et leur inscription dans le tissu local.

Cette mission est pilotée dans le Val-de-Marne par la Direction Départementale Interministérielle de la Cohésion Sociale (DDICS, service déconcentré de l’Etat, ex-DDASS).

Elle vise deux priorités d’actions pour notre département :

– Favoriser l’intégration des femmes

– Favoriser la réussite scolaire et apporter une aide à la parentalité.

Depuis janvier 2009, la DDICS 94 a confiée cette mission à la fédération des centres sociaux et socioculturels du Val-de-Marne.

L’action de l’ADLI se porte, depuis :

–                          Au niveau local à travers l’établissement de diagnostics locaux, la mise en réseaux d’acteurs, un soutien au traitement de thématiques (ex : sur les territoires de Vitry, Créteil, Champigny-sur-Marne, Valenton, Villeneuve-Saint-Georges,…).

–                          Au niveau départemental à travers la mise en réseau d’acteurs, la mise en place de rencontres thématiques départementales, la mise en place de rencontres de réflexion / formation, la circulation d’informations,…

Une mobilisation collective, un diagnostic partagé.

Fidèles à nos valeurs, notre méthode (calquée sur la méthode d’intervention des centres sociaux) part d’un diagnostic partagé pour élaborer avec les acteurs impliqués des actions adaptées aux réalités locales. Les principaux freins rencontrés quotidiennement dans leurs démarches par les publics primo-arrivants ou bien par les bénévoles et professionnels œuvrant pour l’accueil et l’accompagnement de ces publics sont mis au regard de ressources déjà mobilisées et des partenaires mobilisables sur chaque territoire.

Nous avons distingué trois axes d’intervention prioritaires, révélés par le diagnostic partagé à partir des territoires locaux : la langue, l’accès aux droits et la vie quotidienne.

Il faut noter que les difficultés rencontrées sont plus spécifiques aux femmes. De même certaines difficultés et ressources sont propres à chaque territoire.

Suite à ce diagnostic partagé et toujours dans une démarche participative, nous co-élaborons des outils permettant de combler les manques et les besoins identifiés.

Cette pédagogie active de production collective de savoirs vise véritablement à permettre une amélioration significative des conditions de vie quotidienne des publics, en facilitant en premier lieu leur orientation par une meilleure connaissance des missions et compétences de nos partenaires sur les territoires et une plus grande mise en réseau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s