En 2017, les femmes représentaient 34,7 % des primo-demandeurs d’asile en France et 33,1 % dans l’Union européenne. Les violences faites aux femmes sont prises en compte de manière croissante dans la demande d’asile mais restent encore peu visibles et peu dénoncées.

 

Afin de contribuer à la connaissance du problème et améliorer la prévention et la prise en charge, cette Lettre explore cette question sous différents angles et moments de la migration : violences subies en France, pendant le parcours migratoire, par les victimes de traite, empowerment des femmes pour prévenir et guérir, etc.

 

Vous pouvez consulter ici la Lettre de France terre d’asile Juin 2018 N°84