Depuis les années 1990, Anne-Catherine Wagner travaille sur les migrants appartenant aux classes supérieures. Dans cet entretien, elle revient sur la notion de capital international qu’elle a mobilisée afin de mettre au jour les inégalités dans la mobilité, notamment dans son enquête pionnière qui portait sur les cadres « expatriés » en France.