Le droit à vivre en famille est un droit fondamental, et les textes européens imposent aux États membres d’accorder des conditions plus favorables aux personnes bénéficiant d’une protection, prenant ainsi en compte leur vulnérabilité et l’impossibilité temporaire de rentrer chez eux.

 

En contradiction avec ce principe, depuis 2015, certains pays européens, comme l’Allemagne ou la Suède ont pris des mesures pour limiter la réunification familiale. En France, alors qu’en théorie les bénéficiaires d’une protection internationale ont un accès facilité à la réunification familiale, cette procédure est en pratique un parcours empreint de nombreuses difficultés.

 

La Lettre de l’asile et de l’intégration n°86 de France Terre d’Asile fait le point sur les pratiques mises en œuvre en France et dans différents pays européens, et analyse les conditions et règlements qui encadrent la réunification familiale.

 

Vous pouvez consulter ICI la lettre